Du grand art à l’artisanat

 

Été 2000, Robert se lance déjà dans les préparatifs de l’Omnium du Maurier, qui aura lieu en septembre au prestigieux Club de golf Royal Ottawa, à Aylmer. La belle saison sera consacrée au repérage et au choix des fournisseurs, à la conception du menu et à la logistique… Toute l’équipe sera hébergée sous un même toit! Un tour de force en soi, mais ce qu’on retiendra de cette manifestation d’envergure ce sont les 10 000 repas servis en 4 jours sous la direction de l’incomparable chef Philippe Buelens. Bref, l’équipe se surpasse, entre autres grâce à un certain Alexis, 13 ans et demi, qui assure l’approvisionnement des chapiteaux en boisson au volant de sa voiturette électrique.

Pas de répit pour Robert. En août 2001, il met la main sur la pâtisserie Gaumond et son service de traiteur, Images et Saveurs. Flash-back sur le petit local de 35 places devant Télé-Québec… Robert dirige maintenant une grande entreprise et une usine qui roule sans relâche 18 heures par jour pour ravitailler boutiques et comptoirs de supermarchés en pâtisseries, viennoiseries, chocolats, charcuteries, plats surgelés et plats sous vide.

Avec les activités de la pâtisserie Gaumond, l’explosion de la clientèle de son service de traiteur et ses trois restaurants, Robert a le vent dans les voiles, mais l’heure est au compromis. Non sans un pincement au cœur, il vend le bistro l’Entre Miche et le Café Rock Détente. Quatre ans plus tard, un brin essoufflé, il se déleste du reste. Tout, sauf Robert Alexis traiteur et les installations de la rue Wellington, parce qu’il faut bien une adresse.

Même s’il a réduit son champ d’exercice, Robert voit toujours grand. De 2008 à 2011, il régale la foule du stade Uniprix à titre de traiteur officiel de la Coupe Rogers. Comptoirs alimentaires, salon VIP, restaurants sous les chapiteaux… des hot-dogs au risotto de homard, en passant et par les frites fines, Robert Alexis renouvelle le genre et en met plein la vue. Comme toujours, l’équipe chapeautée par le chef Philippe Buelens relève le défi haut la main.

Maintenant à la tête d’une entreprise familiale aux dimensions humaines, Robert peut miser sur la distinction et viser le raffinement. Mais surtout, il peut consacrer plus de temps à ses excursions de pêche à la Pourvoirie du Lac Matonipi. Aujourd’hui, c’est en pleine taïga qu’il cède à la folie des grandeurs. « Quand un caribou, pourchassé par des loups, traverse le lac à deux pas de ta chaloupe et qu’en plus une grosse truite pend au bout de ta ligne, tu te dis que le Québec est vraiment majestueux! »